Hogtownrake Entretien avec Pedro Mendes

Pierre Mendes

Bienvenue dans la Gentleman's Gazette ! Dans l'interview vidéo d'aujourd'hui, je parle avec Pedro Mendes, qui est de Toronto. Il a des racines portugaises, il aime la radio, le football et les vêtements pour hommes. Il est le cerveau derrière le Râteau Hogtown , qui est une approche de style personnel pour les habitants de Toronto. Pedro, bienvenue !

Table des matièresDévelopperEffondrement

Pierre Méndez : Bonjour Raphaël ! Merci de m'avoir invité !

Sven Raphaël Schneider : Bien sûr! J'aime que vous ayez une approche très différente des choses et juste pour que nos lecteurs, auditeurs et téléspectateurs apprennent à vous connaître un peu mieux, dites-nous en plus sur vous.

Pedro Mendes avec une cravate en tricot bleu foncé, une chemise boutonnée blanche et un costume en lin ivoire avec une pochette à rabat - notez le chapeau inhabituel

Pedro Mendes avec cravate tricot bleu foncé , chemise boutonnée blanche et costume en lin ivoire avec pochette à pli couronne – notez le chapeau inhabituel

PM : D'accord, 25 mots ou moins. Eh bien, je suis un écrivain/journaliste/consultant de style masculin et j'ai passé environ 13 ans de ma carrière à la CBC, la Société Radio-Canada ici au Canada, le diffuseur national. J'y ai travaillé en tant que producteur, principalement dans les coulisses, bien que j'aie fait quelques affichages à l'antenne, à la radio et un peu à la télévision. Il y a environ 10 ans, je me suis beaucoup intéressé à la masculinité moderne, à ce que signifie être adulte, ce qui m'a conduit à ma garde-robe, ce qui m'a conduit au style classique. Il y a quelques années, j'ai réalisé que c'était plus qu'un loisir ou une passion que j'ai pu combiner ma carrière de journaliste avec ma passion et j'ai quitté Radio-Canada pour me lancer dans une carrière, une carrière de journaliste pigiste dans ce monde et c'est là que j'ai été.

SRS : C'est très, très excitant. Donc, j'ai lu que tu aimais beaucoup le football, et évidemment, la radio a occupé une place importante dans ta vie. Comment êtes-vous passé de la radio au style masculin ? Y a-t-il eu un moment précis ou comment y êtes-vous arrivé ?

PM : Il y a en fait un moment précis qui s'est passé peu de temps après que je sois devenu père, je tenais mon fils, j'essayais de le faire dormir et il me regarde d'une manière que les bébés font là où il semble qu'ils regardent ton âme et moi avons réalisé que ce serait... que je serais son modèle pour le reste de sa vie, je serais son modèle ou ce que cela signifie d'être un homme, un adulte, peu importe, mais vous voulez vous identifier ce. Mais à ce moment-là, je ne savais vraiment pas ce que cela signifiait. Qu'est-ce que cela signifie d'être un homme adulte de nos jours ? Alors, j'ai commencé à regarder tous ces différents aspects de ma vie, parce que j'étais à la radio parce que j'avais accès en tant que producteur et en tant qu'animateur, j'ai commencé à faire des séries radio sur mon parcours. Mon parcours de vous connaissez, en partie, la découverte de soi mais aussi sur ce qui se passe en ce moment sur toute une génération qui se pose ce genre de questions. J'ai juste en quelque sorte tourné mon objectif, mon microphone vers tous les aspects de ma vie, que ce soit mes relations, mes passe-temps, mes compétences et finalement, bien sûr, c'est tombé dans ma garde-robe. J'ai toujours été intéressé à bien m'habiller, mais je n'avais vraiment pas les connaissances ou les conseils, mais je suppose que je n'avais vraiment pas l'inspiration. Avoir un jeune fils a finalement été cette inspiration pour me sortir de mon adolescence et passer à l'âge adulte et puis à partir de là c'est juste, ça a été plus de découverte et constant. Je veux dire, vous savez ce que c'est, vous passez par ces séries de... vous regardez quelque chose, vous pensez en quelque sorte, vous pensez bien, je pense que j'ai compris cela, et vous réalisez que ce n'est qu'une couche.

Pedro Mendes avec veste DB à carreaux, cravate en maille bordeaux à pois et pochette flamboyante

Pedro Mendes avec veste DB à carreaux, cravate en maille bordeaux à pois et pochette flamboyante

SRS : Exactement! Il y a tellement plus à cela, et vous pouvez toujours creuser plus profondément, et je pense, vous savez, quand vous devenez père, vous regardez aussi en arrière et regardez Oh, qu'est-ce que j'ai appris de mon père et comment ai-je appris ? et vous réalisez des choses auxquelles vous n'aviez peut-être pas pensé auparavant. Comment votre père a-t-il influencé votre style, quel genre de modèle était-il pour vous ?

PM : Eh bien, mon père a immigré au Canada à la fin des années 60, quelques années avant ma naissance. A l'époque, je le sais par photos, il était toujours bien habillé. Le genre de costumes slim classiques des années 60, ils étaient faits sur mesure, il n'avait pas beaucoup d'argent quand il était au Portugal mais le peu d'argent qu'il avait, il le mettait dans l'achat d'un ou deux beaux vêtements et ainsi de suite ils sont venus au Canada et comme la plupart des Européens à l'époque, ils sortaient mon père mettait un costume, ma mère s'habillait et se maquillait et ils sortaient dans les rues de Toronto, et personne n'était habillé comme ça, ici. C'était très, très décontracté par rapport à ce que c'était en Europe. Quand ils ne voulaient pas apparaître comme des étrangers, comme de nouveaux immigrants évidents, ils ont donc pratiquement abandonné ce genre de choses. Au moment de ma naissance, mon père ne portait que des vêtements de rack, il portait des jeans et des polos et il portait occasionnellement un costume pour un événement spécial ou à l'église le dimanche, mais il n'a certainement pas imposé ou transmis. .. parce que je ne l'ai pas vu, je ne l'ai pas vu au jour le jour. Je me souviens du jour où j'ai eu 20 ans, je portais un t-shirt et un jean reconnaissants et mon père a dit Tu sais, je pense qu'il est temps que tu commences à t'habiller comme un adulte, à l'époque j'étais comme Peu importe ! mais bien sûr, je n'avais pas forcément d'exemple, surtout pas la façon dont je le vois, la façon dont j'y pense maintenant.

SRS : Alors, à quoi ressemblais-tu avant de sauter dans le train pourstyle classique pour hommes?

PM : J'ai porté des cravates, et j'avais des costumes dans mon dressing depuis mon adolescence mais sans vraiment savoir ce que je faisais. Il y avait un grave manque d'élégance, un grave manque de subtilité, vous savez, une retenue savante, disons, et je veux dire, c'était juste beaucoup plus décontracté. Comme quand j'ai commencé à Radio-Canada, ça se passe il y a 15-16 ans, à l'époque, j'avais des jeans bleus dans ma garde-robe. En tant que fan de football, je portais beaucoup de maillots de football, mais d'une certaine manière, ce qui n'a pas changé, c'est que je portais mon identité, et je savais que je portais mon identité. Mon identité à l'époque était différente, à l'époque, je faisais aussi beaucoup de cosplay, c'est-à-dire les conventions de costumes Anime. J'irais m'habiller comme certains de mes personnages préférés.

Pedro en costume sombre avec pull à col roulé gris, montre-bracelet et chevalière

Pedro en costume sombre avec pull à col roulé gris,montre-braceletet chevalière

SRS : Oh wow! Je ne les ai vus en personne qu'en Asie, à Singapour, il y avait une convention et tout d'un coup, vous avez vu tout cela comme des super figures et des héros. Une chose que j'ai remarquée chez toi, tu es toujours très enthousiaste, et quand je te pose des questions sur ton travail, tu ne dis pas qu'une chose mais plusieurs choses. Parlez-nous des projets sur lesquels vous avez travaillé par le passé ?

PM : Donc, comme je l'ai dit, tout a commencé à la CBC où j'ai fait quelques séries radiophoniques sur la masculinité moderne, puis j'ai enchaîné avec une autre série qui portait davantage sur le style et les compétences, etc. Ce qui en est ressorti, c'est que beaucoup d'hommes sont venus vers moi et m'ont dit que j'appréciais vraiment cela, j'aimerais qu'il y ait plus d'opportunités pour les gens d'en savoir plus sur ces choses sur lesquelles j'aimerais en savoir plus... tu sais que j'en ai fait un 4 - Une pièce radiophonique de 5 minutes sur le rasage, sur le rasage humide traditionnel et tous ces hommes m'ont contacté et m'ont dit où puis-je les acheter et comment puis-je en savoir plus ? et je me dis N'avez-vous pas entendu parler de Google ? mais de toute façon, j'ai pensé, j'ai réalisé que quand il s'agit de beaucoup de ces choses, beaucoup de gens veulent une touche personnelle, ils veulent pouvoir le voir se produire en personne, ils veulent poser des questions, ils veulent interagir d'une manière ou d'une autre et donc je pense que j'ai fait mon premier cours environ quatre ans il y a un ami local qui dirige un magasin vintage pour hommes, nous avons fait quelques cours, nous avons fait un cours de construction de garde-robe, nous avons fait un cours sur l'épargne traditionnelle, j'ai fait le rasoir de sécurité , il a fait le rasoir droit et nous avons eu une excellente participation, comme 25 gars, vous savez qui ont acheté des billets et sont venus à ces événements et ont voulu regarder d'autres hommes se raser mais j'ai réalisé qu'il y avait ce mouvement qui se produisait, cet intérêt. Donc, encore une fois, l'année dernière, j'ai fait une autre série, un petit groupe m'a contacté parce qu'ils s'occupent de jeunes entrepreneurs, et j'ai dit que ce serait vraiment génial d'enseigner à ce groupe de personnes parce qu'ils apprennent à monter une entreprise proposition mais ils ne savent pas trop comment s'organiser. Ensuite, j'ai suivi un cours sur la garde-robe, j'ai suivi un cours sur l'entretien des chaussures, et je les ai vraiment, vraiment appréciées, et j'ai réalisé que j'avais une passion pour parler aux gens et partager cela avec les gens afin que cela reste toujours là comme quelque chose que je peux faire si l'occasion se présente, mais j'ai aussi réalisé que c'est un très, très gros travail de mettre quelque chose comme ça ensemble.

Pedro pendant la saison d

Pedro pendant la saison d'automne automne portant un pantalon rouge, un cardigan en tricot bleu, une cravate verte garance, une chemise rayée et une veste vert olive

SRS : Beaucoup de travail, non ?

PM : C'est une énorme quantité de travail, de planification, de billets et de préparations, etc. Il fut un temps où je me suis dit, est-ce que ça pourrait être ce que je vais faire de moi-même ? Mais encore une fois, je revenais toujours à l'écriture, aux histoires et aux idées, surtout parce que lorsque j'ai quitté la CBC, j'ai en quelque sorte tâté du monde de la styliste et j'ai réalisé qu'à moins que la personne ne soit intéressée à s'habiller exactement comme moi, je ne peux pas vraiment, je ne vais pas te donner de conseil sur quel sweat porter avec lequel tu sais… veste en jean.. Quand il s'agit de marques contemporaines et de tendances, etc. Je ne suis tout simplement pas intéressé, ce n'est pas quelque chose que je fais. Je peux apprécier certaines choses de loin alors j'ai réalisé que ce n'était pas le cas...

SRS : C'est bien de savoir ce qui ne va pas. Alors, sur quels projets travaillez-vous en ce moment ?

PM : L'un des grands projets sur lesquels je travaille et que j'ai commencé il y a plus d'un an, j'écris un livre sur le plus ancien tailleur du Canada.

SRS : Formidable!

PM : Oui, c'est un projet fantastique dont je n'aurais pas pu rêver il y a quelques années, mais en partie parce que j'ai trouvé l'idée d'un livre si intimidante, mais ce que j'ai fait, c'est que je l'ai découpé en un tas de morceaux, et puis vous l'assemblez, et c'est un livre. Ce qui est intéressant à propos de ce tailleur, c'est que son histoire s'est croisée avec l'histoire de Toronto et avec l'histoire du Canada à bien des égards. Ils étaient tailleur militaire et tailleur civil, donc il y a beaucoup d'histoires de la Première Guerre mondiale, de la Seconde Guerre mondiale, de tout le temps entre les deux jusqu'à aujourd'hui. Ils ont confectionné des uniformes pour les tout premiers travailleurs des transports en commun de la ville, jusqu'au colonel Sanders du Kentucky Fried Chicken, ils ont confectionné ses costumes blancs à double boutonnage dans les années 1970 lorsqu'il a vécu au Canada pendant un certain temps.

Pedro enfreint la règle ici en portant des oxfords beiges avec des chaussettes assorties et un pantalon blanc contrastant

Pedro enfreint la règle ici en portant des oxfords beiges avec des chaussettes assorties et un pantalon blanc contrastant

SRS : En ont-ils encore ? Ont-ils un procès ou un retour de quelque chose de ce genre ?

PM : Eh bien, voici une partie du problème, ils n'ont pas gardé beaucoup de leur histoire, ils n'ont pas gardé beaucoup de photos, ils n'ont pas gardé beaucoup de documents. Comme la ville de Toronto, la valeur de leur propre histoire, cela ne semblait pas pertinent. Toronto est connue pour avoir démoli tous nos bâtiments pour avoir détruit des quartiers entiers au nom du progrès, au nom de la modernité et cette entreprise, contrairement par exemple à de nombreux tailleurs de Savile Row, aura ses patrons en papier et surtout ses registres de clients remontant à des centaines d'années, cette entreprise ne gardait presque rien, donc mon travail d'écrivain est aussi une énorme quantité de recherches parce que, par exemple, le propriétaire m'a dit que mon père a dit que nous avions l'habitude de faire les uniformes pour les travailleurs des transports en commun alors je dois fouiller là-dedans, et je dois aller dans les archives jusqu'à ce que je trouve enfin l'accord qui a été conservé par la TTC en 1921 pour les uniformes des ouvriers et il y a la signature de son grand-père.

SRS : Tu sais, en préparant cette interview, j'ai regardé beaucoup de photos de toi, et j'ai remarqué que tu aimes porter des chapeaux. Pourquoi donc?

PM : Eh bien, le truc du chapeau remonte définitivement à quand j'étais enfant. J'ai toujours été intéressé et obsédé par la radio des années 1930 et 40, depuis que je suis un très, très petit enfant. C'était dimanche soir à Toronto sur une station de radio, théâtre de l'esprit, et vieille télévision, surtout la Twilight Zone, vieux films et j'ai toujours trouvé les chapeaux si élégants mais bien sûr, en grandissant, il n'y avait vraiment pas tu sais, je lèverai la main et dira que j'étais cet adolescent en t-shirt, en fedora et en trench-coat, pensant que j'avais l'air cool, mais ce n'était absolument pas le cas, principalement parce que, encore une fois, comment je portais le feutre et la qualité du chapeau et puis il y a quelques années, j'ai entendu parler d'un chapelier ici à Toronto, le nom de l'entreprise est Leon Drexler. Je n'arrivais pas à croire qu'ici à Toronto, il y a un chapelier et puis à l'époque, je commençais vraiment à connaître cette industrie, et j'étais à la CBC et je l'ai contacté et lui ai dit que j'aimerais faire une entrevue , interview à la radio sur son entreprise et pourquoi parce qu'il est inhabituel que quelqu'un fasse cela de nos jours. Je l'ai rencontré et j'ai découvert que nous avions beaucoup en commun non seulement en ce qui concerne les vêtements, mais aussi notre amour des cigares et du vin, etc. Depuis, nous sommes devenus de très bons amis, et il m'a fait un certain nombre de chapeaux maintenant, mais de lui , de cette première expérience, j'ai appris que je crois que beaucoup, beaucoup d'hommes ne portent pas de chapeaux parce que les chapeaux qu'ils essaient sont de très mauvaise qualité et ne vont pas, et donc ils supposent Oh, je ne suis pas beau avec des chapeaux !

Pedro avec un costume à carreaux gris bleu, des chaussettes à rayures rouges et bleues, des glands marron et un chapeau blanc cassé inspiré des jardinières avec une bande de chapeau bleue pliée

Pedro en costume gris bleu à carreaux, chaussettes à rayures rouges et bleues , pompons marron et planteur inspiré chapeau blanc cassé avec bande de chapeau bleue pliée

SRS : Pareil pour les costumes, n'est-ce pas ? Si vous portez comme un costume qui coûte cent dollars, neuf et inconfortable, vous pouvez facilement penser Oh, je n'aime pas les costumes, ils sont inconfortables mais vous ne savez tout simplement pas ce qu'il y a là-bas.

PM : Je veux dire, je pense avec des costumes et même avec une robe des chaussures , les gens les portent encore parce qu'ils sont encore portés. Très, très peu d'hommes portent des chapeaux. Donc, avec les costumes, même si un gars peut ne pas aimer ça, ça peut ne pas lui aller, il n'y connaît rien, il sent qu'il doit en porter un pour quelque raison que ce soit. Quand j'ai eu cette première expérience avec Steven parce que j'ai fait faire un chapeau pour la pièce de radio et il s'est assis avec moi, et il a regardé non seulement la taille de ma tête, la forme de ma tête, mes épaules, ma position, la vêtements que je porte, ma garde-robe, mon pardessus, il a pris toutes ces choses en considération. C'était comme une approche holistique d'un chapeau, et quand j'ai commencé à porter ce chapeau, je n'ai jamais eu un moment où quelqu'un a dit Oh, tu portes un chapeau ! au lieu de cela, ils ont dit, c'est un beau chapeau!

SRS : Alors, tu fumescigares?

PM : Oui.

SRS : Combien en fumeriez-vous par mois, diriez-vous ?

PM : Je dirais que cela varie. En été, c'est peut-être un couple par semaine. En hiver, peut-être un couple par mois.

SRS : Il fait froid à Toronto en hiver, donc je peux le voir.

Cravate inspirée de la garance qui s

Garance cravate inspirée qui s'étend au-delà de la ceinture avec des bretelles, un cardigan et montre vintage

PM : Très froid, donc il n'y a pas beaucoup de fumée en hiver car je ne fume pas à l'intérieur mais en été, quand il fait assez beau, peut-être une ou deux par semaine.

SRS : C'est zonte! Le jumelez-vous généralement avec des spiritueux, du porto ou de Madère ?

PM : Ouais, j'ai mes associations préférées, et elles sont généralement saisonnières. Vous savez, je trouve que pendant les mois les plus froids, je vais vers le Porto et le scotch. Pendant les mois les plus chauds, ce sont des boissons beaucoup plus légères et rafraîchissantes, qu'il s'agisse de mojito, de daiquiris ou autre. Récemment, j'ai découvert à quel point le vin de Porto peut être bon.

SRS : Il semble que vous aimiez les choses matures et vieillies, le porto et les cigares, comment diriez-vous que cela se traduit par des articles de garde-robe ? Selon vous, quels articles s'améliorent avec l'âge ?

PM : Eh bien, certainement des chaussures. Il ne fait aucun doute que je vois la relation, je vois une relation très étroite entre le tabac, le vin et le cuir en termes de préparation, le processus qu'ils traversent, évidemment les aspects sensuels, que ce soit la couleur ou l'odeur, la sensation dans une certaine mesure. Presque tous les cigares que j'ai fumés dans ma vie avaient au moins un soupçon de cuir, mais la façon dont le cuir vieillit, le cuir de qualité, la façon dont il vieillit, et c'est en quelque sorte le plus gros problème avec l'état de , je dirais que l'un des problèmes de l'état actuel des vêtements pour hommes, c'est que nous avons une génération de personnes qui découvrent récemment quelque chose qui n'est pas aussi bon qu'il le sera dans quelques années. Par exemple, ils achèteront une toute nouvelle paire de chaussures, et ils seront dérangés qu'ils commencent à se froisser, qu'ils commencent à porter contrairement à vous savez, dans cinq à dix ans, c'est là que c'est vraiment va prendre vie, un peu comme par exemple, si vous allez à Cuba et achetez un tout nouveau cigare, vous savez quoi ? En fait, vous allez devoir mettre cela dans votre cave à cigares pendant au moins deux à trois ans, sinon cinq. Vous en profitez pleinement. Dans notre culture, il s'agit surtout d'apprécier quelque chose que nous voulions maintenant. Gratification instantanée.

SRS : Quelles sont les choses que vous lisez, comme pas nécessairement liées aux vêtements mais en général ?

PM : J'ai commencé à faire mes visites régulières sur tous les sites principaux, je pense que tout le monde y va. Le site de Simon , que ce soit Monsieur parisien , que ce soit. je dois regarder mon petit

SRS : Signets. (des rires)

PM : Je visite toujours mettre ça, de temps en temps, il y a un super article sur un morceau classique là-bas et puis juste, vous savez, je trouve en fait beaucoup de choses via les médias sociaux, que ce soit Instagram, que ce soit Twitter et des articles que les gens ont posté.

SRS : Sachant ce que vous savez aujourd'hui, quelles sont les caractéristiques d'un homme bien habillé ?

PM : Je suppose que la plus fondamentale est l'intention. Que je peux voir que la personne a clairement choisi de faire ce qu'elle fait et a clairement pensé à chaque pièce et à la façon dont elles se rapportent les unes aux autres, à la façon dont elles se rapportent à l'individu et à l'occasion. S'habiller pour l'occasion est très important pour moi, énorme pour moi et en partie parce que nous avons perdu le sens de l'occasion.

Hogtownrake en combinaison d

Hogtownrake en combinaison d'un manteau de sport léger avec un pantalon anthracite et une cravate en laine marron, une chemise bleue et de la crème pochette de costume

SRS : Mais si vous y réfléchissez, cela a du sens, n'est-ce pas? Je veux dire, les gens demandent Quel est le meilleur? et nous devons prendre du recul là où vous demandez quel est le but ? Vous ne pouvez pas dire que c'est le meilleur pour tout; ça n'existe pas.

PM : Et vous savez, par exemple, la meilleure façon de s'habiller est sans doute la cravate noire, mais elle ne convient pas du tout à toutes les situations. La cravate elle-même n'est pas forcément adaptée à toutes les situations, et je fais régulièrement du camping, du camping en forêt avec ma famille et vous savez, je m'habille de manière appropriée à l'occasion, et quand vous êtes habitué à cela dans certaines choses, j'essaie juste d'appliquer cela à tous les aspects de ma vie.

SRS : Disons que nous avons parlé de tenues décontractées, que diriez-vous de bons articles décontractés qui ne sont pas des vestes, des costumes ou des cravates ?

PM : Eh bien, je suis devenu un grand fan de très polos de haute qualité .

SRS : Alors, qui serait-ce pour vous ? Quelle marque te fournirait ça ?

Blazer à simple boutonnage avec chemise popover, pochette en coton, kakis et mocassins à glands marron

Blazer à simple boutonnage avec chemise popover, pochette en coton, kakis et mocassins à glands marron

PM : Ce n'est pas une marque en soi. Il s'agit plus d'un certain type de coupe, d'un certain style. Par exemple, le très typique polos , qu'il soit à manches courtes ou à manches longues, a un col côtelé alors que les chemises que j'ai appris à aimer, c'est le même tissu, c'est la même chemise et le col en fait, est plus coupé, peut-être que c'est un col italien ou un simple le col en pointe et les poignets ressemblent davantage à une chemise ordinaire. Cela ajoute juste un peu de netteté, un peu d'élégance à ce qui est par ailleurs une chemise très décontractée et sportive. Même les chemises de sport elles-mêmes, surtout en été, la chemise boutonnée est très importante pour moi, mais encore une fois, il y a un continuum entre elles et les polos. Des chemises à enfiler, celle-ci est comme un hybride d'un polo et d'une chemise habillée. En ce qui concerne les pantalons, plutôt kakis, chinois de différentes couleurs, je ne possède pas de blue jeans.

SRS : Alors, que diriez-vous, d'un autre côté, des choses qui, selon vous, sont l'un des meilleurs investissements dans votre garde-robe ?

PM : Eh bien, encore une fois, il s'agit de chaussures. J'ai quelques paires de chaussures, j'ai une paire de Crockett & Jones bottes, des Allen Edmonds Richelieus , ainsi que certains mocassins à glands ce sont juste des chaussures très, très bien construites. J'ai une paire de chaussures personnalisées dont je sais qu'elles vont durer très longtemps. Dernièrement, j'ai commandé beaucoup de chemises personnalisées, et je pense que c'est peut-être quelque chose que les gens considèrent comme l'un des derniers parce que vous n'en voyez pas nécessairement beaucoup, cela ne semble pas si important, il n'y a pas autant de construction qu'avec la veste, pas aussi évident mais c'est en fait assez difficile d'obtenir une chemise absolument parfaite parce que vous n'avez pas ces autres choses avec lesquelles travailler. Vous n'avez vraiment que le tissu, et quand vous trouvez une excellente chemise, elle peut être non seulement confortable mais aussi flatteuse pour une simple pièce. Je suis très fier de mes chapeaux, mes chapeaux de Stephen sont des pièces qui, vous savez, ne cessent de s'améliorer à chaque saison.

Hogtownrake en combinaison d

Hogtownrake en combinaison d'un manteau de sport léger avec un pantalon anthracite et une cravate en laine marron, une chemise bleue et de la crème pochette de costume

SRS : Alors, comment définiriez-vous le style canadien ?

PM : Eh bien, malheureusement, il n'est vraiment pas possible de définir Canadien. Je ne pense pas, c'est comme la culture canadienne en général, on se définit par ce qu'on n'est pas. Nous n'avons pas de cuisine bien précise, nous n'avons pas de style vestimentaire particulier. À bien des égards, comme toute culture populaire, elle est liée aux États-Unis, elle est très fortement liée à l'Angleterre, à la Grande-Bretagne, mais ce n'est pas, ce n'est ni exactement ces choses, ni si complètement différente ou quelque chose de complètement autre chose. Donc, quand il s'agit de style, vous savez, en gros, on pourrait penser qu'après toutes ces années de populations immigrées venant ici, nous aurions pris quelque chose, nous les aurions fusionnés en quelque chose, que ce soit parce que vous savez, nous avons eu des vagues d'Irlandais tailleurs, juifs, polonais, italiens et pourtant c'était une sorte de coupe fade, vaguement britannique. pendant de nombreuses années parmi les hommes d'affaires. Nous n'avions pas l'Ivy League, nous n'avions pas le costume de sac Brooks Brother ou quoi que ce soit d'autre, mais nous avions au moins une personnalité, une caractéristique unique. Nous n'avons aucune de ces choses. J'espère que quelque chose va se développer, quelque chose de global que personne d'autre n'a parce que tout le monde a sa propre localisation, mais pour l'instant, le mieux que je puisse dire, c'est que nous prenons un peu de tout.

SRS : Et faites-en votre propre, c'est une approche juste. Donc, une chose que nous faisons, nous demandons à chacun un certain montant pour les mêmes questions, juste des réponses très rapides ou vous pouvez élaborer, ce que vous voulez. Alors, Oxfords ou Derby?

PM : Derby .

SRS : Flanelle ou Peigné ?

PM : Bon, toujours pour moi, la flanelle en hiver et la laine peignée c'est l'automne, le printemps.

SRS : Cravate ou Noeud papillon?

PM : Je dirais que c'est probablement une cravate à 75 %, mais j'aime bien un bon nœud papillon.

SRS : Ceinture ou bretelles ?

PM : Encore une fois dépend du pantalon. La plupart de mes pantalons sont à bretelles, taille haute, et ils tombent mieux, mais j'ai pas mal de pantalons décontractés, jeporter des ceintures.

SRS : Manchette française ou manchette Barrel ?

Pedro enfilant un chapeau en velours, une veste de sport audacieuse, une cravate en tricot de soie et une chemise bleu clair. Notez les gants à dos uni en marron

Pedro enfilant un chapeau en velours, une veste de sport audacieuse, une cravate en tricot de soie et une chemise bleu clair. Notez les gants à dos uni en marron

PM : Encore une fois, dépend de la chemise. Beaucoup de mes chemises de tous les jours ne sont que des manchettes régulières, mais j'ai quelques-unes de mes chemises plus habillées, j'expérimente maintenant où j'obtiens des chemises à manchette simple.

SRS : Alors, portez-vous des sous-vêtements ou pas de sous-vêtements ?

PM : Toujours des sous-vêtements.

SRS : Quel genre de sous-vêtement portez-vous? Aimez-vous les découpes ou portez-vous les cols en V ou..

PM : Ça dépend de la chemise, si je porte une chemise à col ouvert, je porte toujours un col en V mais si je porte une cravate, alors c'est un col rond.

SRS : Prêt à l'emploi ou sur mesure ?

PM : Cela dépend vraiment de l'article individuel, du vêtement individuel et de ce que je recherche. J'aimerais que presque tout soit fait sur mesure, mais ce n'est pas toujours possible, mais certaines choses, je ne pense pas que cela ait du sens de les faire sur mesure, donc c'est vraiment un mélange des deux.

SRS : D'accord, génial. Merci beaucoup. Merci d'avoir participé à l'émission et je suis sûr que c'était très perspicace, j'ai beaucoup apprécié et tout le meilleur pour vous, et si vous n'y êtes pas allé, consultez le Hogtownrake , il ne s'agit pas seulement de Toronto, mais des choses que Pedro a mentionnées où il parle de l'intention de s'habiller et il discute également de la réparation de chaussures ou de la façon de repasser une chemise et c'est dans l'ensemble un blog très bien fait, et c'est très intentionnel, comme vous abordez les choses d'une manière qui vous fait réfléchir, et j'aime ça.

PM : Merci, Raphaël. J'apprécie vos paroles, mais j'apprécie d'avoir demandé à être avec vous et à vous parler parce que je vous connais depuis quelques années et je respecte ce que vous faites et je suis flatté que vous m'ayez.

SRS : N'importe quand, Pedro. Merci.

PM : Oh, n'importe quand ? J'ai mardi prochain, pouvons-nous recommencer ? (des rires)