Gentilhomme de style : Ian Russell, duc de Bedford

ian russell

Gentleman's Gazette a déjà mentionné Sir Ian Russellicien tant qu'auteur de Le livre des snobs du duc de Bedford . Mais ses remarques pleines d'esprit sur les pairs britanniques du royaume et de l'élégance n'étaient pas épuisées dans ce livre; il en a écrit trois autres, et nous essaierons de montrer à nos lecteurs certaines de ses meilleures plaisanteries et conseils de vie. Rencontrez Ian Russell, le 13e Duc de Bedford.

Table des matièresDévelopperEffondrement
  1. Ian Russell : Pauvre enfant riche
  2. Une famille excentrique et de haut vol
  3. La demeure seigneuriale
  4. Une commode originale
  5. Le style du duc
  6. Conclusion

Ian Russell : Pauvre enfant riche

Ian Russell, le 13e duc de Bedford

Ian Russell, le 13e duc de Bedford

Si vous pensez qu'il est facile d'appartenir à une famille qui se croyait légèrement plus grande que Dieu, comme le faisaient les Russell, essayez d'imaginer que votre père et votre grand-père ne vous permettront pas de toucher votre propre part de la fortune parce qu'ils considèrent toi un garçon irresponsable: Un an avant la mort du 11e duc en 1940, le père de Ian Russell, Hastings, l'a déshérité parce qu'il désapprouvait le mariage de Ian - alors âgé de 22 ans - avec une divorcée de treize ans son aînée. Un Russell sans le sou est ensuite allé travailler comme agent immobilier, percevant des loyers à Stepney.

Une cuillère en métal argenté

Une cuillère en métal argenté

Dans son premier livre - Une cuillère en métal argenté (1959) – il verse ses mémoires et reproduit quelques lettres échangées entre lui et son père, montrant l'amertume à l'intérieur du réseau familier.

Une famille excentrique et de haut vol

Mary Russell, 11e duchesse de Bedford - La duchesse volante

Mary Russell, 11e duchesse de Bedford - La duchesse volante

Sa famille était, eh bien, particulière. Sa grand-mère – Mary Russell, duchesse de Bedford – était ornithologue et aviatrice, une pratique tardive qui l'a fait connaître sous le nom de La duchesse volante . C'est d'ailleurs le titre du troisième livre de Ian Russell, publié en 1968, où il dresse une photo de sa mère. Au cours des années 1930, elle bat de nombreux records de vol longue distance avec son monomoteur Fokker F.VII, The Spider.

Un avion Moth Major

Un avion Moth Major

Cependant, en 1937, elle quitta l'abbaye de Woburn dans un DH.60GIII Moth Major et s'écrasa dans la mer du Nord ; Son corps n'a jamais été trouvé.

Loriquet bleu de Tahiti, élevé par le 12e duc

Loriquet bleu de Tahiti, élevé par le 12e duc

Le père de Ian, Hastings Russell, était un naturaliste et un ornithologue, un intérêt qu'il partageait avec sa mère : il a élevé deux espèces de loriquet, reconnues comme les premiers élevages en captivité au monde. Il avait une araignée de compagnie, qu'il nourrissait régulièrement avec du rosbif et du pudding du Yorkshire ; Hastings, en revanche, était végétarien. Austère, il n'a pas fumée , boire ou jouer, et a même été poursuivi par sa femme pour la restauration des droits conjugaux, qui l'a dépeint comme la personne la plus froide, méchante et vaniteuse qu'elle ait jamais rencontrée.

Abbaye de Woburn, siège de la famille

Les fans de séries télévisées telles que Downton Abbey sont en mesure de voir comment la vie a dû être dans les maisons des ducs et des porteurs de titres moindres qui composent la pairie de l'Empire britannique.

Abbaye de Woburn

Abbaye de Woburn

Évidemment, le coût d'entretien de ces résidences fabuleuses, dont certaines frôlent (ou dépassent) la taille des palais, n'est pas négligeable, car Cet article dans Le télégraphe spectacles. De plus, le grand personnel de maison a commencé à diminuer après la Première Guerre mondiale, pour des raisons financières et de logement. Pour tout cela, quelque 1 200 maisons de campagne ont été démolies au XXe siècle.

John Russell, 1er comte de Bedford, par Hans Holbein le Jeune

John Russell, 1er comte de Bedford, par Hans Holbein le Jeune

Mais pas l'abbaye de Woburn. Un cadeau d'Henry VIII (en fait, il l'a pris en 1547 des abbotts cisterciens) à John Russell, 1er comte de Bedford, il est devenu le siège des ducs de Bedford. C'était une résidence merveilleuse : John Adams, le futur deuxième président des États-Unis, a visité quelques maisons dans cette région et a noté dans son journal que Stowe, Hagley et Blenheim sont superbes ; Woburn… magnifique.

La 7e duchesse de Bedford, Anna Maria Russell

La 7e duchesse de Bedford, Anna Maria Russell

L'une de ses occupantes, la 7e duchesse, Anna Maria Russell (1783-1857), est devenue célèbre pour l'invention du thé de l'après-midi au milieu des années 1840 : elle privilégiait le thé Darjeeling, les gâteaux et les sandwichs pour combler le vide entre le déjeuner et dîner , qui a été servi tard.

La demeure seigneuriale

Abbaye de Woburn

Abbaye de Woburn

Notre gentilhomme de style dépeint a reçu Woburn en 1953 après la mort de son père et a dû faire face aux lourds droits de succession. De plus, le manoir était à moitié démoli, à moitié abandonné. Pas un homme à quitter facilement, le duc de Bedford a conservé la propriété au lieu de remettre le domaine au National Trust et, en 1955, l'a ouvert au public pour la première fois.

Parc safari de Woburn

Parc safari de Woburn

En 1970, il ajoute Woburn Safari Park comme attraction, avec un grand succès. Interrogé sur les commentaires défavorables de ses pairs après avoir transformé le manoir en lieu de visite, il a déclaré: Je n'apprécie pas le mépris de la pairie, mais il vaut mieux être méprisé que négligé.

Il n'était pas le premier pair dans le domaine des demeures seigneuriales, une expression qui a été utilisée pour désigner une maison de campagne qui s'ouvre aux visiteurs au moins une partie du temps : son pionnier était Henry Thynne, 6e marquis de Bath (1905-1992) et son Longleat. En 1947, également en raison des droits de succession, il ouvre la maison au public, ajoutant un parc safari en 1966.

Comment gérer une maison seigneuriale

Comment gérer une maison seigneuriale

Mais Ian Russell a élevé le commerce de la maison seigneuriale au rang d'art, au point d'en écrire un livre : son quatrième et dernier livre est Comment gérer une maison seigneuriale , publié en 1971. Le duc était un observateur attentif du comportement humain et un sens de l'humour particulier, mais le livre est utile pour tous ceux qui veulent faire comme lui et recevoir des visiteurs - et qui sait combien de ses pairs autrefois méprisants ont lire le livre et suivre ses conseils…

Voici une remarque ironique de Russell sur l'importance des blocs sanitaires, par exemple :

Très bien, me direz-vous avec impatience ; vos conseils ont été pris en compte. Les loos sont importants. Très bien, ils sont les plus importants. Mais voulez-vous dire que rien d'autre n'a vraiment d'importance ?

Non je n'ai pas. Alors que les loos doivent venir en premier, ils ne vous emmèneraient pas loin sans thés et parkings. Une demeure seigneuriale avec d'excellents toilettes, de bons thés servis à un prix raisonnable et des parkings suffisants (près des toilettes et des salons de thé) prospéreront. Si vous fournissez ces trois commodités, alors – selon mon ordinateur – 87,3 % de vos visiteurs ne remarqueront pas si vous n'avez pas de maison du tout.

Une commode originale

Il est à noter que le 13e duc de Bedford a été intronisé au International le mieux habillé Liste Hall of Fame en 1985, une liste qui comprend, entre autres noms bien connus, Gianni Agnelli, Giorgio Armani, Fred Astaire, Pierre Cardin et Lapo Elkann.

Le duc de Marlborough

Le duc de Marlborough

Cependant, il faut dire qu'être duc ne vous confère pas un bon sens de la mode, comme le montre cette photo du duc de Marlborough.

Le point de vue de Ian Russell sur son image aide à expliquer pourquoi il tenait tant à bien s'habiller : peu importe l'essence, seule l'apparence compte. Un contraste clair et délibéré avec son père, peut-être, avec le style de vie presque spartiate et ascétique de ce dernier ?

Je le crois : selon Design à la maison : Livres de conseils domestiques en Grande-Bretagne et aux États-Unis depuis 1945 , un livre de Grace Lees Maffei, le duc a banalisé sa vie. Il est apparu à la télévision, a autorisé un camp nudiste sur son terrain, s'est engagé comme compagnon de dîner et a tiré au sort les services de son majordome, James Boyd, comme prix dans un concours américain. Soit dit en passant, il faut supposer que le pauvre gagnant des services de M. Boyd n'a pas pu en profiter correctement, car la maison du gars a été envahie par tant de caméramans et de journalistes… qu'il n'a pas pu exercer ses fonctions normales.

Le style du duc

Combinaisons

Le duc en costume Mao

Le duc en costume Mao

Ici, il enfile un costume Mao devant l'abbaye de Woburn.

Le duc et la duchesse chez eux

Le duc et la duchesse chez eux

Le même costume se porte à l'intérieur, en compagnie de sa troisième épouse, Nicole.

Un costume conservateur

Un costume conservateur

Il pourrait aussi être conservateur, comme le montre cette image ci-dessus.

Le duc porte une veste par Henry Poole

Le duc porte une veste par Henry Poole

Les costumes doivent être fait sur mesure , il a dit. Les costumes prêts à l'emploi ne vous aideront pas dans le monde snobocratique. Il était strict sur les couleurs : gris foncé, bleu marine et le noir sont les seules couleurs possibles pour un costume d'homme… vert costumes et quant à brun , c'est mortel. Vous serez le 'type d'homme qui porte des costumes marron'. (Personnellement, je ne suis pas d'accord avec costumes noirs , mais nous parlons de l'opinion du duc de Bedford.)

Page du grand livre Henry Poole pour le 13e duc de Bedford

Page du grand livre Henry Poole pour le 13e duc de Bedford

Vos vêtements, a-t-il plaisanté, ne seront jamais trop à la mode, ils ne suivront jamais la dernière mode, mais leur qualité et leur coupe se diront même après de nombreuses années. Les vêtements doivent être évidemment bien mais ils ne doivent pas crier : 'Regardez-moi, comme je suis élégant !' La personnalité de celui qui le porte doit toujours être plus forte que ses vêtements.

Le 15e duc de Norfolk

Le 15e duc de Norfolk

Sur l'un de ses pairs, il a commenté que le… [15e] duc de Norfolk portait toujours des vêtements épouvantables. Ils étaient vieux et confortables, et il les aimait. Les membres de sa famille n'arrêtaient pas de lui dire qu'il ne pouvait tout simplement pas s'habiller comme ça. « Pourquoi pas ? » rétorqua le duc. «Personne ne me connaît à Londres. Et tout le monde me connaît ici – alors qu'importe ?

La chemise Claney

La chemise Claney

Sur cette photo, par exemple, on voit le duc portant la chemise Clarney de Turnbull & Asser en 1966, avec des volants au lieu de l'ascot permanent de la version des Brook Brothers, en contradiction flagrante avec l'une de ses propres règles : vous ne devriez être qu'un ou deux pas derrière la dernière mode - mais pas plus. Les chemises de soirée à froufrous ne devraient même pas être regardées.

L'un de ses moments les plus drôles se traduit par une boutade sur les manteaux en peau de mouton : J'hésiterais à prononcer un verdict ferme. Ils sont à la fois in et out, devrais-je dire. Mais si ce prononcé delphique est jugé un tantinet ambigu, je dirais – avec un soupir à peine audible – d'accord, continuez à les porter. J'ai toujours été un type tolérant.

Accessoires

Son sens de l'humour transparaît dans des remarques comme celle-ci sur les mouchoirs : Ces articles populaires et nécessaires doivent être conservés dans la poche et non – je le répète : ne pas - dans le manches de votre veste . Et sur les articles tricotés : D'une manière générale, tout ce que tricotent les filles et les nièces à l'école, même s'ils peuvent se toucher, ne doit pas être touché.

Le duc et la duchesse en tenue d

Le duc et la duchesse en tenue d'apparat

Sur les cravates, il a privilégié une certaine couleur, pensant qu'elles sont excessivement ternes et calmes en Grande-Bretagne. Il pensait que des détails, tels que chaussettes , étaient le secret d'un homme bien habillé : même si un homme n'est pas très intéressé par les vêtements, il doit faire attention à ses chaussettes. Il ne sert à rien de laisser l'achat de chaussettes à votre femme ou à une nounou à la retraite, ni à porter les chaussettes que ces dames charmantes et attentionnées pourraient tricoter pour vous.

Cheveux

Un bien la Coupe de cheveux , pensait-il, était essentiel pour une bonne image. Quand les Britanniques sortent des salons de coiffure… on dirait des victimes de farces. Ainsi, compléta-t-il, choisissez un barbier qui – spécimen rare soit-il – s'y connaît un peu en coupe de cheveux. Sur Poils , son conseil est de l'éviter, ou d'être discret : Les moustaches à double torsade… les moustaches qui disparaissent derrière la nuque et ressortent de l'autre côté, sont à éviter. Ne transformez pas votre visage en plaisanterie. Si vous ne pouvez pas faire d'autres et meilleures blagues, laissez l'humour aux autres.

Conclusion

Il termine son livre par quelques remarques sur l'ascension sociale : Être parvenu est, peut-être, naturel pour beaucoup d'êtres humains. Être un mauvais départ est beaucoup plus rare; mais aussi beaucoup plus sage.

Bien que le duc ait certainement atteint la notoriété en raison de son titre et de sa fortune en tant que pair anglais, son esprit et son style en font un personnage remarquable du monde moderne d'un gentleman .